archive-info.com » INFO » T » TRANQUANGHAI.INFO

Total: 454

Choose link from "Titles, links and description words view":

Or switch to "Titles and links view".
  • Les shrutis en musique indienne | Tran Quang Hai website
    redémarrant le cycle des quintes et des quartes mais de façon décalée Ce décalage vaut d ailleurs 27 16 5 3 81 80 Z revoilà notre ami le comma Zarlinien Donc à partir de dha 5 3 nous avons les nouvelles valeurs suivantes sa 81 80 pa 40 27 ri 10 9 dha 5 3 Ga 5 4 Ni 15 8 Ma 45 32 sa 81 80 ma 27 20 ni 9 5 ga 6 5 Pa 8 5 Sa 16 15 Ma 64 45 Ce qui nous donne le tableau suivant Note hindoue Valeurs possibles Notes occidentales sa 1 81 80 Do Do Sa 256 243 16 15 Réb Réb ri 10 9 9 8 Ré Ré ga 32 27 6 5 Mib Mib Ga 5 4 81 64 Mi Mi ma 4 3 27 20 Fa Fa Ma 1024 729 45 32 64 45 729 512 Solb Fa Solb Fa pa 3 2 40 27 Sol Sol Pa 128 81 8 5 Lab Lab dha 5 3 27 16 La La ni 16 9 9 5 Sib Sib Ni 15 8 243 128 Si Si Les shrutis On obtient donc 26 valeurs possibles On en supprime Do 81 80 qui se fait absorber par Do qui est trop intense pour supporter cette note trop proche Sol 40 27 parce qu elle se fait pareillement absorber par Sol la quinte reste le plus puissant des rapports après l octave Solb 1024 729 parce que c est une note extrêmement proche de Fa la distance entre elles est moins qu un dixième de comma Zarlinien Fa 729 512 parce que pareillement elle se confond avec le Solb Ce qui nous donne au final nos 22 shrutis Do 1 Réb 256 243 Réb 16 15 Ré 10 9 Ré 9 8 Mib 32 27 Mib 6 5 Mi 5 4 Mi 81 64 Fa 4 3 Fa 27 20 Fa 45 32 Solb 64 45 Sol 3 2 Lab 128 81 Lab 8 5 La 5 3 La 27 16 Sib 16 9 Sib 9 5 Si 15 8 Si 243 128 Ainsi que je l ai déjà évoqué il y a eu au cours du temps plusieurs décalages successifs dans le positionnement des notes Cela vaut aussi pour la numérotation des shrutis En effet dans nombre de tableaux trouvés dans la littérature à la note sa n est pas attribué le shruti numéro 1 mais le numéro 4 Qui plus est on peut trouver d autres équivalences en gamme occidentale Ces différences viennent d une part de l évolution des théories musicales au cours des siècles et aussi du fait que la pratique vient avant la théorie Du coup à différentes pratiques musicales correspondent des théories pas toujours conciliables L Inde est un vaste pays et son histoire est riche et complexe Ce qui est pratiqué à une époque donnée dans une région donnée n est pas forcément applicable à une autre région ou à une autre époque Voici un tableau donné par Mr Daniélou qui propose d autres valeurs Note ancienne Nom Caractère Famille Gamme moderne 1 tîvra intense aiguë poignante terrible 1 Sib 2 koumoudvatî lotus blanc fleur de lune 2 Si 3 mandâ lente perverse froide apathique 3 Si sa 4 chhandovatî son étalon mesure des sons 4 Do 5 dayâvatî compassion tendresse 5 Réb 6 rajanî agréable colorée lascive 4 Réb ri 7 ratikâ plaisir sensualité 3 Ré 8 raudrî brûlant terrible 1 Mib ga 9 krodhâ colère fureur 2 Mib 10 vajrikâ tonnerre acier diamant sévère insolente 1 Mib 11 prasârinî diffuse pénétrante timide 2 Mi 12 prîtih plaisir amour délices 3 Mi ma 13 marjanî purifiante ornementale excuse 4 Fa 14 kshitih pardon destructible la terre 3 Fa 15 raktâ rouge passionnée colorée aimant le jeu 4 Fa 16 sandîpanî stimulante passionnée 2 Fa pa 17 alâpinî parlante conversante 5 Sol 18 madantî érotique printemps intoxicante 5 Lab 19 rohinî jeune fille éclair développement 2 Lab dha 20 ramyâ nuit amour plaisir repos calme 4 La 21 ugrâ aiguë passionnée cruelle formidable puissante 1 La ni 22 kshobhinî irrésolue agitée 4 Sib A chaque shruti est associé un caractère ainsi qu une famille A chaque famille est aussi associé un caractère Famille Nom caractère 1 Dîptâ merveilleux héroïque furieux 2 Ayatâ comique 3 Mridouh tendresse 4 Madhyâ gai et amoureux 5 Karounâ compassion crainte A chaque note est associé un shruti On peut cependant utiliser pour cette note un shruti inférieur ou supérieur Cette association se note ainsi Décalage Nom Signification 4 ati tivratama extrêmement aiguë 3 tivratama très aiguë 2 tivratara plus aiguë 1 tivra aiguë 0 suddha normale 1 komala douce 2 purva première Par exemple le shruti 9 correspond au ga suddha mais aussi au ri tivratara Et le shruti 16 correspond au ma ati tivratama il pourrait correspondre aussi au pa komala mais la note pa la quinte est invariable et n est utilisée qu en pa suddha Choisir parmi les différents shrutis possibles pour jouer une même note se fait selon le sentiment que l on désire exprimer Par exemple si on veut obtenir une tierce majeure de Do qui soit tendre et paisible on choisira le shruti prasârinî Mi 5 4 caractère diffus pénétrant timide si on veut une tierce majeure plus énergique joyeuse ou sensuelle on choisira le shruti prîtih Mi 81 64 caractère plaisir amour délices En choisir 7 parmi 22 Pour construire un mode il s agit de fixer la valeurs des 7 notes parmi les 22 shrutis qui peuvent être plus ou moins décalées par rapport à leur position normale Il semblerait qu en pratique 12 shrutis aient été choisis comme emplacements possibles En effet de multiples confrontations ont eu lieu entre musicologues hindous et occidentaux pour concilier ou non le système des 22 shrutis et le système des 12 demi tons Cette confrontation se doublait de débats sur la notation à adopter entre la notation occidentale en portée et la notation traditionnelle hindoue

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p114-les-shrutis-en-musique-indienne.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive

  • Musique de l'Extrême Orient (Chine, Japon, Corée, Viet Nam, Mongolie), 4ème partie | Tran Quang Hai website
    luth à trois cordes dans la musique de divertissement ko uta ha uta chants brefs ou dans la musique du bunraku théâtre de marionnettes et du kabuki théâtre chanté et dansé Le koto ou le groupe de trio koto sangen et shakuhachi flûte droite peuvent aussi accompagner les chants En Mongolie les chants longs sont accompagnés surtout par la vièle à deux cordes à manche en tête de cheval le morinkhur dont la sonorité rappelle celle du violoncelle occidental Au Vietnam les chants et déclamations de poésie sont accompagnés par le dàn nhi vièle à deux cordes le dàn nguy êdodot t luth en forme de lune le dàn dáy luth à trois cordes des chanteuses ou des ensembles comportant deux trois ou même cinq ou six instruments La musique religieuse est surtout vocale à part celle qu exécute dans les temples de Confucius un grand ensemble instrumental Les récitations de prières les psalmodies les chants nécessitent un assez long apprentissage tel est le cas du shomyo J du pomp ae et du yombul C du tung et du tán VN En Extrême Orient le théâtre est toujours chanté et dansé que ce soit le jing xi de Pékin le bang zi du Ho nan le chang guk de Corée le no et le kabuki du Japon le hát tuôñg le hát b ôdodot i le hát chèo ou le hát cái lu o ng du Vietnam La voix dans la majorité des cas est masquée voix pharyngienne dans le no et le kabuki voix de fausset dans le jing xi le hát tuôñg et le hát b ôdodot i La technique vocale très différente de celle en usage en Occident n exclut pas des vibratos et des vocalises mais requiert d autres méthodes d entraînement Dans tous ces théâtres les instruments à percussion jouent un rôle très important L ensemble qui accompagne le jing xi comporte un tambour deux gongs une paire de cymbales des cliquettes en bois celui du no une flûte traversière et trois tambours celui du hát tuôñg plusieurs tambours un gong et des cymbales La musique instrumentale est surtout orchestrale Il existe bien sûr des solistes qui jouent du qin cithare chinoise à sept cordes en soie du zheng cithare chinoise à treize ou seize cordes du komunko cithare coréenne à six cordes du kayakeum cithare coréenne à douze cordes du koto cithare japonaise à treize cordes du shakuhachi flûte droite japonaise du morin khur vièle mongole à tête de cheval du dàn tranh cithare vietnamienne à seize cordes Les ensembles instrumentaux sont nombreux et variés Citons entre autres l orchestre du temple de Confucius qui comporte des cloches carillons de seize cloches des phonolithes et carillons de phonolithes des flûtes traversières des tambours une auge et un tigre en bois les orchestres coréens de musique de cour avec des flûtes traversières des flûtes droites des hautbois des vièles à deux cordes des cithares à six et à douze cordes des tambours à deux peaux

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p38-musique-de-l%27extreme-orient-%28chine%2C-japon%2C-coree%2C-viet-nam%2C-mongolie%29%2C-4eme-partie.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive

  • Musique de l'Extrême Orient (Chine, Japon, Corée, Viet Nam, Mongolie), 3ème partie | Tran Quang Hai website
    Il est difficile de trouver dans la terminologie occidentale des mots équivalant à diao cho jo ou di êdodot u qui ne correspondent ni aux modes ni aux tonalités de la musique occidentale et qui doivent être définis chacun par certains critères particuliers Le rythme Dans tous ces pays à part la Corée c est le rythme binaire qui prédomine En particulier les phrases de huit mesures ou les cellules rythmiques à huit temps ou à huit pulsations sont fréquentes Le rythme syncopé est très prisé et considéré souvent comme un élément de virtuosité Les formules rythmiques cycliques ou stéréotypées abondent dans la musique rituelle la musique de théâtre et même de divertissement Exemple de formule stéréotypée les formules de base les plus caractéristiques du tambour horizontal kakko J frappé à l aide de deux bâtons sont selon Kishibe Katarai et Mororai Exemple de formule cyclique la formule rythmique du tambour accompagnant le chant de théâtre Nam xuân ou Nam bình VN Les instruments à fonction rythmique sont nombreux et variés petits et grands tambours à une peau à deux peaux en sablier à tension fixe ou variable frappés à main nue ou à l aide de battes en bois ou de baguettes cliquettes en bois jeu de plusieurs plaquettes tambours de bois en forme d auge de poisson ou de grelot castagnettes crécelles gongs cloches et cymbales de dimensions variées Le nom des coups de tambour dans la musique de no au Japon comme dans la musique de cérémonie et de théâtre au Vietnam prend une importance particulière À l aide de la baguette de droite on frappe la membrane d un tambour à la partie centrale toong ou à la partie marginale taang Les mêmes coups précédés de roulements à l aide de deux baguettes donnent tà roong et tà ráang etc dans la tradition vietnamienne Plusieurs rythmes de nature différente rythme libre rythme syncopé rythme cyclique rythme en contrepoint peuvent se dérouler simultanément les exemples de polyrythmie ne manquent pas dans la musique bouddhique et dans la musique de théâtre au Vietnam Ornementation et improvisation L ornementation très élaborée se fait horizontalement et verticalement Les procédés très nombreux vont de l utilisation des notes ornementales à celle des diverses techniques vocales et instrumentales voix de tête voix de fausset Certains ornements sont facultatifs d autres spécifiques L improvisation poétique et musicale se pratique dans la tradition populaire de tous les pays sauf J les garçons et les filles improvisent les paroles parfois même la mélodie des chants alternés La musique rituelle et la musique de cour sont par contre relativement fixes En Chine et au Japon à l heure actuelle on n improvise plus dans la tradition savante même pour exécuter la musique de divertissement on remarque toutefois une certaine variation de la mélodie et du tempo des pièces En Corée l improvisation se pratique encore dans le sanjo exécuté par le kayakeum cithare à douze cordes en soie ainsi que dans le sinawi où plusieurs instruments

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p37-musique-de-l%27extreme-orient-%28chine%2C-japon%2C-coree%2C-viet-nam%2C-mongolie%29%2C-3eme-partie.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive

  • Musique de l'Extrême Orient (Chine, Japon, Corée, Viet Nam, Mongolie), 2ème partie | Tran Quang Hai website
    Réb Do on notera que l échelle descendante est légèrement différente de l échelle ascendante Il existe également les différents aspects de l échelle pentatonique connus dans la musique chinoise En Mongolie l aspect le plus courant est Do Ré Fa Sol La mais les autres aspects du pentatonisme se rencontrent également Au Vietnam en dehors de deux principaux types échelle bvac Do Ré Fa Sol La do ré fa sol etc échelle nam Do Mib Fa Sol Sib do mib fa sol etc il existe plusieurs dizaines d aspects différents du pentatonisme tels que l échelle vong cô Do Mi Fa Sol La do etc le la est plus haut que le la bémol et plus bas que le la bécarre le fa est légèrement plus haut que le fa naturel mais plus bas que le fa dièse ou l échelle du hò mái dâ y ou échelle nam de la musique de Hu ê Do Ré Fa Sol La do etc Très souvent l échelle de structure pentatonique peut prendre une apparence heptatonique Do Ré Mi Fa Sol La Sib ou Si do etc Les notes entre parenthèses sont des degrés auxiliaires utilisés comme notes de passage elles sont moins fréquentes que les cinq degrés principaux et n ont pas une hauteur relative fixe on ne peut donc les considérer au même titre que les degrés principaux dans l analyse musicale Du reste dans les échelles chinoises japonaises coréennes ou vietnamiennes les degrés auxiliaires n ont pas de noms propres en chinois bian gong et bian zhi qui devient le degré gong qui devient le degré zhi en coréen pien kung et pien tchih en japonais hen kyu et hen chi en vietnamien bi ên cung et bi êacute n chùy Dans cette partie du monde l échelle d apparence heptatonique est obtenue par l addition de deux degrés auxiliaires aux cinq degrés principaux L échelle pentatonique n a jamais été une échelle heptatonique défective Dans la musique populaire on rencontre d autres aspects d échelles pentatoniques ainsi que des échelles à deux trois ou quatre sons Micro intervalles et tempérament On croit souvent que les musiques d Orient sont caractérisées par des quarts de ton ou des micro intervalles Ce n est pas vrai dans le Proche Orient en Inde et encore moins en Extrême Orient où le quart de ton n a jamais existé en tant qu intervalle Dans la musique vietnamienne le xang fa du mode nam est environ d un quart de ton plus haut que le xang fa naturel du mode bvac Mais quand le fa est présent le fa naturel disparaît et inversement La mélodie des pièces musicales ne comporte pas de succession fa fa En fait c est la quarte hò xang do fa qui est légèrement augmentée puisque chaque note entendue est référée mentalement au degré fondamental hò Les notes entendues dans les chants bouddhiques le théâtre chanté et la musique de cour au Japon ne correspondent pas à celles

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p36-musique-de-l%27extreme-orient-%28chine%2C-japon%2C-coree%2C-viet-nam%2C-mongolie%29%2C-2eme-partie.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive

  • Musique de l'Extrême Orient (Chine, Japon, Corée, Viet Nam, Mongolie), 1ère partie | Tran Quang Hai website
    à deux ou quatre cordes Parmi tous les instruments de même type un seul pourrait être pris comme emblème de cette famille musicale la cithare sur caisse à chevalets mobiles à cordes en soie elle se nomme zheng en Chine kayakeum en Corée koto au Japon jatag yaduga en Mongolie dàn tranh au Vietnam En effet dans aucun autre pays du monde on ne rencontre un instrument semblable Sur la caisse en bois de wu tong firminia platanifolia ou kiri paulownia sont tendues des cordes jadis toujours en soie maintenant en soie ou en métal qui passent sur des chevalets mobiles douze pour le kayakeum coréen et le jatag mongol treize pour le zheng de la Chine du Nord et le koto japonais seize pour le zheng de la Chine du Sud et le dàn tranh vietnamien La forme et les dimensions de la caisse de résonance varient selon les instruments La technique instrumentale découle en fait d un même principe on pince la partie des cordes située entre le cordier et les chevalets à l aide du pouce de l index et du médius de la main droite armés ou non d onglets La hauteur des sons ainsi obtenus est souvent modifiée par des pressions plus ou moins fortes de la main gauche sur la partie des cordes située entre le chevalet et les chevilles La variation de la hauteur et du timbre des sons est largement utilisée dans un but d ornementation L échelle pentatonique L échelle à cinq sons du type do ré fa sol la appelée à tort gamme chinoise se rencontre le plus fréquemment dans des musiques de tradition savante et populaire des pays extrême orientaux échelle des modes zhi Ch pyong jo C ritsu J bvac VN Par rapport au degré fondamental les autres degrés sont approximativement à une seconde majeure une quarte une quinte une sixte majeure En dehors des cinq degrés principaux il en existe deux auxiliaires mi si bémol ou si bécarre utilisés comme notes de passage Ces degrés donnent à la mélodie une apparence heptatonique Les théoriciens chinois ont essayé de reconstituer cette échelle par le cycle des quintes ou plus exactement par la succession des quintes ascendantes et des quartes descendantes à l intérieur d une même octave Si l on prend une note quelconque le fa par exemple car il permet d aller jusqu à la 6e quinte sans avoir besoin d utiliser les signes d altération on obtient la succession notée en figure L échelle pentatonique avec les deux degrés auxiliaires est notée en figure Les degrés auxiliaires n ont pas de noms particuliers on les appelle bian zhi qui devient le zhi et bian gong qui devient le gong Les degrés sont représentés par les mêmes idéogrammes mais prononcés différemment selon les pays La connaissance assez fragmentaire de la musique mongole ne permet pas encore d affirmer que les musiciens mongols ont adopté aussi les mêmes termes pour désigner les cinq degrés principaux et les deux

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p35-musique-de-l%27extreme-orient-%28chine%2C-japon%2C-coree%2C-viet-nam%2C-mongolie%29%2C-1ere-partie.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive

  • Pansori, l'art théâtral de la Corée | Tran Quang Hai website
    sil qui adapta au pansori 70 sujets révolutionnaires Il ne connaît un renouveau que sous Park Chung Hee et surtout il commence à séduire la jeunesse après la sortie du film La Chanteuse de Pansori en 1993 Art populaire on ne connaît pas les auteurs des pièces les plus anciennes qui se sont transmises oralement De plus sur les douze pansoris les plus anciens ne subsistent que Chunhyang ga Simcheong ga Heungbu ga Jeokbyeok ga et Sugung ga qui sont inscrits au patrimoine mondial de l UNESCO dans la classification chefs d œuvre du Patrimoine Oral et Immatériel de l Humanité Ces pansoris sont inspirés de romans plus anciens Ils présentent les cinq relations père fils mari femme frère sœur amis maître sujet Thèmes et interprétation modifier Le pansori décrit des scènes réalistes paysages scènes de genre vies de personnages célèbres Le chanteur ou la chanteuse myeongchang interprète debout tous les personnages de manière chantée Le myeongchang utilise aussi le mime notamment il mime les décors avec son éventail Quelques passages sont parlés Le pansori comptait douze sortes de madangs histoires actuellement seuls cinq subsistent La voix du myeongchang est très éloignée du chant d opéra occidental elle est plus gutturale et son rythme saccadé confère une aura de mystère au narrateur Le joueur de tambour rythme le récit par son instrument mais aussi de la voix jotta eulsigu Un pansori complet dure de quatre à six heures mais il arrive qu on ne joue que les morceaux fameux d un ou de plusieurs opéras au cours d une représentation L essentiel de l intérêt d une représentation vient de l interprétation du myeongchang les textes lui laissant toute latitude pour improviser Types modifier Il existe deux écoles principales la première masculine énergique et gaie au tempo rapide c est

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p34-pansori%2C-l%27art-theatral-de-la-coree.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive

  • Musique du JAPON | Tran Quang Hai website
    2 2 Le J Rock 2 3 Le Visual Kei 2 4 Le Hip hop japonais 2 5 Musique électronique 2 6 La musique traditionnelle 2 7 Divers 3 Liens généralistes Les instruments de musique traditionnels japonais modifier Les instruments de musique traditionnels japonais sont généralement d origine chinoise Biwa Koto Shakuhachi Shamisen Taiko Les genres musicaux modifier Les genres musicaux japonais ainsi que les artistes qui les caractérisent La J Pop modifier Artistes solo Ai Otsuka aiko Aya Ueto Ayumi Hamasaki BoA Hikaru Utada hitomi Mai Kuraki Minako Honda Namie Amuro plutôt hip hop Nami Tamaki Seiko Matsuda Shiina Ringo Yumi Matsutoya Happy End Groupes Morning Musume Do As Infinity Every Little Thing Hello Project Le J Rock modifier Artistes Asian Kung fu Generation B z Boøwy Cobra tsui Stars Cool Joke feel so bad Flow Gackt Glay Guitar Wolf Hound Dog Hyde L Arc En Ciel Luna Sea Make Up mo some tonebender The Pillows Porno Graffitti Sasuke Stance Punks Orange Range Raico Thee Michelle Gun Elephant Uverworld Le Visual Kei modifier Artistes 12012 Angel Dust Ayabie Baroque Blood DéspairsRay Dir en grey Dué le Quartz Eve of Destiny Fatima Gazette Kagerou Kisaki Project Klaha Love Glove Malice Mizer Miyavi Moi Dix Mois MUCC ムック Plastic Tree Psycho le Cému Vidoll X Japan Le Hip hop japonais modifier Artistes Dragon Ash Suchadarapâ Zeebra Tha Blue Herb The Teriyaki Boyz DJ DJ Krush Musique électronique modifier Artistes Ken Ishii Zongamin Aoki Takamasa DJ Taka Naoki Yoji Biomehanika Takkyu Ishino DJ Tasaka Duos Two Mix Groupes Denki Groove YMO Yellow Magic Orchestra La musique traditionnelle modifier Musique nô Hayashikata Musique kabuki Divers modifier Chanteuses de chanson Yuka Fukae Yoshiko Ishii Yuki Kayama Utako Watanabe Artistes Kazuki Tomokawa Megumi Hayashibara Yoshida Brothers Kieko Hashiguchi Tujiko Noriko Yuki Kajiura Liens généralistes modifier

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p33-musique-du-japon.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive

  • L'échelle pentatonique chinoise: structure et symbolique, 2ème partie | Tran Quang Hai website
    ailleurs à la musique chinoise de n être pas figée et bien plus riche que si elle s était cantonnée à 5 malheureuses notes D autant que l harmonie de la nature n est pas figée et évolue elle aussi Afin de rester en cohésion avec elle la gamme était dès lors transposée chaque mois Pendant la 11 e lune elle était fa sol la do ré pour la 12 e lune on la transposait à fa sol la do ré etc Cela ne signifie pas cependant que la notion de mode soit exclue du concept chinois Les 5 sons de la gamme pentatonique sont déclinés en 5 modes le mode Kong le mode Shang le mode Jiao le mode Zhi et le mode Yu cf plus haut Ces derniers pouvaient être mis en relation avec les 12 liu ou notes composant la gamme dodécaphonique tempérée offrant donc à la musique chinoise une grande richesse de registres Wu Sheng un instrument d état Il est bien entendu que seule une musique raffinée peut reproduire l harmonie du ciel et de la terre La musique du peuple destinée à divertir les hommes ne peut parvenir à ce résultat Puisque la musique représente la quintessence de cette harmonie ou dysharmonie les empereurs lui accordaient une grande importance Elle était même considérée comme un moyen de maintient de l ordre et un reflet du bon ou du mauvais gouvernement En effet l harmonie favorise l obéissance et l acceptation de la place de chacun dans la hiérarchie sociale C est pourquoi les empereurs de Chine hiérarchisèrent les Wu Yin afin de symboliser l ordre au sein de l Etat Kong représente le prince Shang les ministres etc Si l un des sons est bouleversé c est le signe d un déséquilibre Par exemple des ministres corrompus affecteront Shang La tradition dit que si l ensemble des cinq sons sont confus c est que le désordre règne et que chacun ne respecte plus son rang cherchant à empiéter sur celui des autres et annonce au prince la perte de son royaume en moins d un jour Ces sons sont utilisés de puis très longtemps par la médecine chinoise puisqu ils permettraient d agir sur les énergies internes Ainsi certaines pratiques énergétiques taoïstes 15 consistent en l émission d un de ces sons en exécutant certains mouvements dans un but curatif En effet chaque son entrerait en harmonie avec la fréquence vibratoire de certains organes permettant ainsi de rééquilibrer leur énergie Au reste chaque son aurait une influence sur nos émotions et permettrait de développer en nous certaines vertus du caractère Autre utilisation pratique des sons des carillons de bambou ou de métal à 5 tiges étaient et sont encore utilisés de nos jours par le Feng Shui pour harmoniser l énergie d un lieu ou pour le protéger de mauvaises influences Carillon de métal à 5 tiges en forme de pagode La musique chinoise n échappe donc pas comme beaucoup d arts ou disciplines

    Original URL path: http://www.tranquanghai.info/p17-l%27echelle-pentatonique-chinoise%3A-structure-et-symbolique%2C-2eme-partie.html (2016-05-01)
    Open archived version from archive